13 avril 2006

On avance

Voilà plusieurs semaines que j'ai délaissé ce blog. Le projet est pourtant toujours d'actualité.
Plus que jamais nous en parlons, évoquons notre voyage. Hier au soir nous avons pris un grand calendrier et nous nous sommes amusés à mettre des croix sur chaque jour passé depuis le début de l'année jusqu'à aujourd'hui. C'est tout bête, mais ça fait plaisir de voir qu'à présent il reste et restera au fil des jours de moins en moins de jours à cocher.
J'ai appelé Jeanny au Panama, elle m'a dit que la pluie se faisait attendre, que le lac de l'ile qui sert à récupérer l'eau de pluie pour alimenter les maisons en eau, commence à avoir une mine desséchée. Nous avons parlé de la température de l'eau, elle est encore un peu fraiche me dit-elle. Tout est relatif, fraiche, pour nous les "isleños" (habitants de l'ile) signifie 23°/24° environ. Oui, paradoxalement, c'est en saison sèche que la mer est moins chaude. En saison des pluies elle monte à 27° en moyenne. A chaque fois que j'appelle Jeanny s'en suit le soir une grande conversation avec Amor, peuplée de rêves, d'images évocatrices de notre bien-être tant attendu. Une vie que nous voulons Zen, bercée par le bruit des vagues, le chant des oiseaux et de belles fleurs tropicales. Amor est toujours beaucoup occupé en ce moment. Ces derniers mois sont très importants pour lui, il vend son entreprise, organise la bonne organisation future de celle-ci avec ses associés qui sont en fait les repreneurs. Pourtant malgré toutes ces contraintes, le stress qui devrait le miner, il reste d'une humeur sereine. Chaque pas qu'il franchit le rapproche un peu plus de son rêve, de notre rêve. C'est le but à atteindre qui lui donne des forces. Aujourd'hui il nous reste environ 10 ou 11 semaines. Nous n'avons pas encore réservé les billets d'avion alors nous ne sommes pas sûr du jour exact du départ. Mais bon l'important est de savoir que la deuxième quinzaine de juillet nous serons là-bas, que nous retrouverons Kouros qui est pour l'instant chouchouté par notre ami Maxou, son ancien propriétaire.
Les quelques rayons de soleil qui apparaissent ici nous donne déjà un avant goût de l'été et représente pour nous le chemin à parcourir, qui peu à peu se raccourci. Cependant nous profitons aussi et peut-être plus encore de la vie ici. Nous sommes conscients de ce que nous avons ici et qui nous manquera sans doute parfois là-bas. Ce sont les petites choses de la vie de tous les jours, des petites choses simples comme les bons fromages, le cinéma à deux pas de chez nous, ou même les arbres qui commencent à bourgeonner. Nous vivons donc une période de transition que nous nous employons à rendre le plus agréable possible en profitant de l'instant présent sans perdre de vue notre futur proche… sous les tropiques.

1 Comments:

Anonymous Pralinette said...

Tout s'organise calmement, sereinement, je suis heureuse pour vous deux.

dimanche, avril 23, 2006 7:20:00 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home